Les Ateliers du MAP - 5 mars 2020

Un Atelier organisé pour comprendre les grands enjeux stratégiques et économiques liés à l'ouverture annoncée de ce grand marché. Visionnez les 20 séquences vidéo ou la vidéo intégrale de l'événement.

No results.

4 - Les Attentes nationales - Yann ARNAUD (MACIF)

Yann Arnaud, directeur innovation offres et produits IARD au sein de la MACIF est aussi président de la commission numérique de la FFA et pilote du groupe de travail sur le véhicule autonome et connecté.

A ce titre il fait entendre la voix des assureurs français sur leur vision du besoin impératif d'un accès facile et rapide à une donnée, nécessaire pour accompagner efficacement les assurés sur un plan prévention et sécurité routière. Mais les assureurs entendent aussi pouvoir proposer de plus en plus de services de mobilité rendus possibles grâce aux nouvelles technologies. Leur préoccupation est de pouvoir agir en temps réel pour prévenir et éviter le risque.

Pour cela il est essentiel de disposer d'une donnée instantanée et non d'une donnée "froide" qui sera inopérante et inutilisable. C'est toute la question qui se pose par rapport à une solution qui prévoit une mise à disposition à partir d'un serveur, à une fréquence et avec une granularité qui sont difficiles à poser au départ. Cette solution n'intéresse pas les assureurs car elle ne correspondra qu'à 1 % du besoin. Les assureurs sont ouverts pour une discussion technologique sur les solutions qui peuvent être mises en place, mais ils n'attendent pas que les constructeurs décident des services qu'ils seront à même de proposer à leurs assurés et par conséquent des données dont ils pourront disposer.

Quant à la notion de paiement de la donnée, se pose la question du vrai prix afin d'éviter l'effet d'aubaine et de ne pas payer une seconde fois des développements et investissements technologiques qui ont certainement déjà été payés par l'acheteur du véhicule.

Yann Arnaud évoque aussi la consultation du ministère qui laisse aux organisations un délais d'un mois pour apporter une réponse sur un sujet bien complexe alors que, visiblement, des discussions ont déjà eu lieu bien en amont avec d'autres parties prenantes. Il y a là un traitement inégalitaire qui ne peut pas faciliter la mise en place rapide et facile d'un consensus.

Les données sont une réelle source et les assureurs ne cachent pas leur volonté et leur intérêt pour créer de la valeur. Mais pour y parvenir et préserver l'intérêt du consommateur il faut un vrai dialogue qui n'est visiblement pas favorisé par le projet d'ordonnance qui encadre déjà et de façon surprenante beaucoup de choses, y compris la façon dont les constructeurs vont pouvoir négocier avec les GAFA. Nous avons le sentiment que cette ordonnance constitue un espèce de Yalta avec d'un côté les constructeurs et de l'autre le reste du monde qui devra s'adapter...