Les Ateliers du MAP - 5 mars 2020

Un Atelier organisé pour comprendre les grands enjeux stratégiques et économiques liés à l'ouverture annoncée de ce grand marché. Visionnez les 20 séquences vidéo ou la vidéo intégrale de l'événement.

No results.

3 - Les attentes européennes - Louise Touzé (Michelin)

Louize Touzet, chargée d'affaires publiques chez Michelin, exprime la vision des besoins des flottes de véhicules en termes de services et leur besoin d'accéder facilement et rapidement à un choix de fournisseurs diversifiés afin de préserver la concurrence.

Depuis 10 ans Michelin est un acteur de la télématique et a fait l’acquisition l'année dernière de MASTERNAUT qui propose des solutions pour connecter les flottes de véhicules avec des boîtiers télématiques, dans le but de coordonner les données collectées et de produire une analyse à destination des managers de flottes de véhicules particuliers ou de poids lourds.

L'objectif est, entre autres, de réduire la consommation de carburant, d'améliorer l'efficacité des flottes, de générer en temps réel des alertes pour les conducteurs.
Il y a une expansion du marché des flottes en Europe et le taux de pénétration de la télématique est d'environ 15 % avec un marché très fragmenté qui compte beaucoup d'acteurs. Il existe donc une mobilité connectée via cette télématique mais il reste encore beaucoup à faire.

Ce que nous constatons sur le marché des professionnels, confirmé par une étude de Frost & Sulllivan, c'est que pour 80 % des flottes il est important, voire très important de pouvoir changer de fournisseur de télématique durant la vie du véhicule. Il s'agit d'usagers qui souhaitent pouvoir faire jouer la concurrence entre les acteurs et ne pas être confrontés à une obsolescence technologique afin de profiter de solutions évolutives.

Concernant le marché des particuliers, nous constatons que 47% des usagers (niveau monde sauf la chine) de véhicules connectés ne savent pas que leur véhicule est connecté, ce qui traduit une mauvaise connaissance de la connectivité. En parallèle on constate que par rapport à ceux qui le savent, 57 % (en Europe de l'ouest) ne partagent plus leurs données considérant que c'est une intrusion dans leur vie privée. Cela traduit à la fois une méfiance vis à vis des entreprises qui collectent les données mais aussi un réel besoin de pédagogie de la part des acteurs économiques auprès des consommateurs.

Il y a cependant des intérêts convergents entre les différents acteurs. En partant du libre choix de l’usager, il y a un besoin de transparence à la fois auprès de l’utilisateur qui doit savoir que son véhicule est connecté mais aussi connaître les données collectées ainsi que l’utilisation qui en est faite. C’est aussi un besoin pour les autres acteurs du marché de savoir quelles données sont disponibles au niveau du véhicule et ceci afin de faire fonctionner la concurrence. Par cette connaissance il leur sera possible de créer et de proposer des services. Il s’agit d’un véritable cercle vertueux dans l’intérêt des usagers mais aussi de tous les acteurs afin de favoriser l’innovation et la production des services qui répondent aux attentes. Tout cela doit bien entendu s’inscrire dans une architecture sécurisée avec des règles claires.

Garantissons ensemble la liberté de choix des usagers et nous invitons pour cela d’une part tous les acteurs, toutes les parties prenantes à échanger et à partager leur expertise et d’autres part les autorités publiques à écouter et prendre en compte tous les avis…