Les Ateliers du MAP - 5 mars 2020

Un Atelier organisé pour comprendre les grands enjeux stratégiques et économiques liés à l'ouverture annoncée de ce grand marché. Visionnez les 20 séquences vidéo ou la vidéo intégrale de l'événement.

No results.

3 - Les Attentes européennes - Diogo PINTO (FIA)

Diogo Pinto, Policy director au sein de la FIA Region I, expose les attentes des usagers exprimés notamment au travers d'une étude menée dans différents pays européens dont la France auprès de 12 000 conducteurs.

76 % des personnes interrogées sont réceptives à la connectivité, considérant que cela peut être utile sur le plan de la sécurité, du rendement énergétique du véhicule, de la régulation du trafic.

90 % considèrent que les données appartiennent au propriétaire ou conducteur du véhicule et 91 % ont manifesté le souhait de pouvoir avoir la possibilité de déconnecter le véhicule.

Concernant le consentement pour l'accès aux données, 76 % souhaitent décider quand et pendant combien de temps il doit durer.
En cas de panne, 78 % (94 % en France) estiment qu'ils doivent pouvoir choisir librement le réparateur.

Quant aux acteurs à privilégier pour le partage de la donnée, les personnes ont majoritairement évoqué : les garagistes locaux, l'assureur, les constructeurs et les automobile-Clubs.

Elles restent cependant très préoccupées par la divulgation d'informations privées, par l'utilisation commerciale des données personnelles, par la localisation et traçabilité du véhicule, par le risque de piratage.

95 % des personnes interrogées veulent un cadre législatif qui protège leurs droits vis à vis des données du véhicule et du conducteur.

Concernant les différents modèles technologiques qui ont été pensés pour permettre la connectivité des voitures, le modèle qui répond le plus efficacement aux attentes des citoyens est la plateforme télématique ouverte et embarquée. Cette solution, revendiquée par les consommateurs, mais aussi par l'après-vente indépendante et multi-marques, est technologiquement neutre et n'implique aucun surcoût pour les constructeurs qui disposent déjà des éléments nécessaires.

Plusieurs études juridiques, économiques et techniques ont démontré que le modèle du véhicule étendu (Extended vehicle) présente des défauts inhérents qui font peser un surcoût considérable sur les consommateurs et empêchent les opérateurs indépendants de proposer des services de réparation et de maintenance alternatifs compétitifs et posent de réels obstacles à l’innovation. Le surcoût au détriment des consommateurs et des pme pourrait représenter un total de 65 milliards d’€ par an en 2030. Pour toutes ces raisons la FIA n’est pas en faveur de cette solution technique…