Les Ateliers du MAP - 5 mars 2020

Un Atelier organisé pour comprendre les grands enjeux stratégiques et économiques liés à l'ouverture annoncée de ce grand marché. Visionnez les 20 séquences vidéo ou la vidéo intégrale de l'événement.

No results.

1- La donnée c'est quoi - Stéphane DERVILLE (MOBIVIA)

Stéphane Derville en charge de l'innovation et de la recherche au sein de Mobivia nous expose l'architecture nécessaire pour un partage de la donnée gagnant / gagnant entre tous les acteurs de la mobilité.

Nous regardons le large spectre de la donnée, depuis l'automatisation des véhicules, la connexion aux réseaux et notamment le réseau électrique pour le VE, l'innovation sur les services, l'entretien-réparation qui nécessite de pouvoir diagnostiquer, réparer, maintenir le véhicule au top de sa performance.

Nous observons aussi sur un plan macro-économique un marché qui adresse plus de 1000 milliards d'€ qui concerne tant l'amont que laval du véhicule, qui doit profiter aux 320 millions de conducteurs propriétaires de la donnée, qui représente plus de 13 millions d'emplois. Ceci nous amène à penser qu'il doit exister un cadre qui permette une concurrence loyale, une neutralité technologique, une régulation des prix, d'éviter toute mesure discriminante concernant l'accès à la donnée.

Pour faire l'analogie avec le téléphone, celui-ci s'est ouvert pour devenir un smart phone, c'est à dire une plateforme servicielle offrant des possibilités de ressources et de données à de très nombreux acteurs économiques qui ont pu développer de l'intelligence connective, des services, des algorithmes...

C'est pourquoi nous pensons qu'il est nécessaire aujourd'hui de réfléchir différemment pour l'automobile car si l'on compare en termes de capitalisation boursière, on s'aperçoit que les 20 constructeurs d'automobiles réunis n'atteignent même pas la valorisation d'une des trois premières plateformes du digital, qui se développent à plus de 23 % sur les 5 dernières années, quand le secteur automobile stagne, voire régresse même de 2 %. Par contre si l'on se place sur une perspective européenne on observe une prépondérance du secteur automobile avec plus de 37 % de la capitalisation boursière et un très gros retard pour les plateformes qui ne représentent que 2.3 %.

La question qui se pose est donc de savoir comment il est possible de travailler ensemble en Europe pour créer de la valeur sur une logique de plateforme ?

Cela nécessite d'échanger les données mais aussi les ressources et de travailler sur un format standardisé tout en respectant la vie privée et la sécurité.

Il convient pour cela de s'appuyer sur une approche globale car on parle de la donnée interne au véhicule, de la donnée à bord du véhicule, d'un accès à distance à partir de serveurs, d'accès à proximité (edge computing) qui représentera plus de 75 % des échanges dans les 5 prochaines années. Nous considérons aussi qu'il sera impossible d'avancer avec une multitude de systèmes propriétaires et qu'il sera nécessaire de les unifier pour qu'ils soient inter opérables ce qui n'est pas incompatible avec la notion de sécurité, si l'on prend en exemple le système d'exploitation LINUX qui est ouvert au plus grand nombre et que des grandes nations utilisent malgré tout pour faire fonctionner des sites de sécurité interne.

De toute évidence si nous analysons l'accès aux données sous les trois grands axes que sont l'accès aux données et aux ressources, l'enjeux cyber et la concurrence loyale, on s'aperçoit très vite que tant du point de vue constructeur ou after-market rien n'est vraiment optimal pour permettre d'aller chercher 23 % de croissance si chacun essaie d'avancer de son côté. Mais cela change dès lors où il existe une vraie mise en commun entre les deux secteurs.

C'est pourquoi nous proposons une architecture embarquée partitionnée, c'est à dire qui réserve un espace ou domaine constructeur pour gérer l'intelligence et toutes les fonctions critiques du véhicule et à l'opposé un espace beaucoup plus ouvert permettant de développer des applications et des services connectés. Il y aura au milieu des deux un espace plus contrôlé permettant un accès avec les certifications nécessaires pour notamment effectuer les opérations de maintenance.

Nous travaillons sur cette architecture et nous proposons à tous les acteurs de collaborer à cette initiative qui doit aboutir à l'émergence d'un système embarqué, accessible, standard et sécurisé, nécessaire à la création de véhicules serviciels à haute valeur pour le client final...