No results.

FILMOGRAPHIE

Films de création et de commande réalisés par Laurent Graenicher
Voir aussi : Exoplanètes, 2015, visuel d'exposition scientifique pour le Muséum de Genève, 19min
co-réalisation Studiocorium pour PointProd
vimeo.com/141408770

SOCIETE ANONYME / 80min / doc / 2005 / DVD sd sub ger - eng + bonus

Tourné entre 2002 et 2004 et centré sur la crise de la société Tornos à Moutier, Jura bernois, ce film tente d'interpeller le spectateur sur des problématiques telles que; la perte d'identité par la perte de travail, la responsabilité individuelle face à l'usage que nous faisons de notre argent ou la responsabilité sociale des gros investisseurs.

L'HISTOIRE
En 1995 l'usine Tornos, à Moutier, entre dans une intense euphorie économique. Grâce à la fabrication et à la commercialisation d'une machine outil révolutionnaire, la Deco 2000, l'usine sort du marasme dans lequel elle se trouvait au début des années 1990. Les bâtiments ont pu être rénovés et l'usine engage massivement du personnel. Le nouveau directeur parvient à inspirer la confiance dans le potentiel de l'entreprise.Un groupe d'investisseurs anglais devient le principal actionnaire de Tornos en 1999. L'entrée en bourse, qui aura lieu en mars 2001, fait partie de leurs objectifs. Le climat d'euphorie est tel que certains ouvriers achètent des actions, encouragés par une campagne d'affichage efficace. Mais en 2001, les marchés financiers sont instables et les commandes de la machine baissent.
L'usine se trouve rapidement au bord de la faillite. Les vagues de licenciements se succèdent en l'espace de 13 mois : plus de 600 employés sont renvoyés. Les plans sociaux ne font pas partie des stratégies de recapitalisation proposées par la direction.

LE MOT DE LA PRODUCTION
Le cas de l’usine Tornos, dans le jura suisse, fait partie de la chronique récente des débâcles industrielles dues aux stratégies financières. En partant de cet exemple précis, c’est bien à une réflexion sur les rouages du capitalisme industriel que se livre le réalisateur. Un film « miroir » qui interroge le sens de l’enthousiasme véhiculé par l’économie néo-libérale et qui interpelle le rôle que chacun tient dans ce grans « jeu ».

EXTRAIT DU COMMENTAIRE
Un directeur qui joue au patron, un ouvrier que l'on baptise opérateur responsable, un lieu de travail que l'on appelle maintenant îlot de production, le nom d'une usine qui devient le nom d'une action à la bourse? J'ai l'impression de me perdre dans un jeu où l'on manipule allégrement des mots comme famille, responsabilité, confiance, autonomie.

LE MOT DU REALISATEUR
Le tournage de ce film à été rendu techniquement possible grâce à l’avènement de la technologie digital et des petites caméras. Car j’ai pu filmer chaque interview, dés le début de mon travail de recherche à Moutier. La première année de tournage, seul derrière la caméra, c’est déroulé sans recherche de financement extérieur. Impossible d’imaginer une telle méthode avec des moyens de production plus chers.
Cette contrainte financière et la complexité du sujet m’ont fait adopter une forme narrative sobre, voir un peu brut. Car la vidéo légère supporte quand même assez mal les plans très larges et les lumières compliquées. Et finalement, cette esthétique me semble cohérente avec le sujet traité.

ALLEMAND
„DIE AKTIENGESELLSCHAFT" Der Fall Tornos im schweizerischen Jura ist ein Paradebeispiel der aktuellen Chronik von durch Finanzstrategien ausgelöster wirtschaftlicher Debakel. Auf diesem konkreten Beispiel baut der Regisseur seine grundsätzlichen Überlegungen über den Wirtschaftskapitalismus auf. Ein kritischer Film über den Sinn und Unsinn des durch den Neoliberalimus hervorgehobenen Enthusiasmus und der Rolle jedes einzelnen in dem „grossen Spiel“.

„Ein Direktor, der den Patron spielt; ein Arbeiter, den man den operativen Verantwortlichen nennt; ein Arbeitsplatz, der zur Produktionsinsel wird; der Name einer Firma, der zur Aktie wird…. Ich habe den Eindruck, mich in einem Spiel zu befinden, in dem man fröhlich Begriffe wie Familie, Verantwortung, Vertrauen und Autonomie manipuliert“.

ANGLAIS
Limited Company. After a period of euphoria thanks to the successful design and sales of a revolutionary machine tool in 1995, the Tornos Factory in Moutier was quickly brought to the brink of bankruptcy. In 2001, a wave of layoffs followed and in just 13 months, 600 out of 1200 employees lost their jobs.
Events at Tornos are just one example in the recent history of industrial failures that have their roots in faulty economic planning. Stories like it air daily in the media, adding to our confused understanding of the rollercoaster of industrial success and failure. This film questions not just the sense of optimism at the heart of the liberal free market economy, but the way it is manipulated by management and its impact on the workforce.

An administration that acts as if its the factory owner, a workman who is given the title of line manager, a workplace that becomes a production centre, the name of a factory that becomes the name on a share certificate? I feel as though I?m getting lost in a game, where

×

Contact

Powered by Vimeo Pro