No results.

Les films de Marilù Mallet

Marilú Mallet naît au Chili et habite à Montréal depuis 1973.
Diplômée de la Faculté d'Architecture du Chili. Maîtrise en Histoire de l'Art et doctorat en Études françaises, Université de Montréal.

Parmi ses films les plus connus :

Sur les traces de Marguerite Yourcenar, (2011), docu-fiction.
Prix du public FIFA 2011.

La Cueca Sola, (2003), documentaire.
Nomination au Prix Gémeaux 2005.
Prix du public 2005, Cine Las Americas International Film Festival, Austin.
Lasa Award of Merit in Film, Lasa Film Festival & Exhibit, 2004.
Mention spéciale de la critique (AQCC), 2004.
Prix du Meilleur documentaire canadien, Hot Docs 2004 (Toronto)
Prix de la Meilleure réalisation, section Spectrum Canadien, Hot Docs 2004.
Sceau de la Paix, Festival des Films de Femmes, Florence 2004.

Deux, Rue de la Mémoire, (1995), court métrage de fiction.

Chère Amérique (1991) docu-fiction.
Prix du meilleur documentaire de création, S.C.A.M, FIPA, Cannes, France.

Mémoires d'une enfant des Andes (1985), documentaire.
Bronze Apple Award, National Educational Film Festival, Oakland.

Journal Inachevé (1983), docu-fiction.
Prix de la critique québécoise à Montréal.
Prix spécial du jury, Festival de Biarritz, France.

Il n'y a pas d'oubli, (1976 ) long-métrage fiction, co-réalisation.
Mention Festival international du film de Locarno, Suisse, 1976.

2013, Prix à la trajectoire, pour l’ensemble de son œuvre, Festival International de Valdivia, Chili.
2012, Reconnaissance à l’expérience intellectuelle des femmes du XXIe siècle, Conaculta, Mexique,
1988, Guggenheim Fellowship for exceptional creative ability in the arts. (cinéma), New York.
1984, Hommage par son apport exemplaire à la société québécoise, Ministère des Communautés Culturelles.

Chère Amérique - extraits

Docu-fiction, 51 minutes, 33 sec, Canada, 1991 - 16 mm. Couleurs, tournage à Montréal
Scénario et Réalisation : Marilú Mallet
Prix du meilleur documentaire de création, S.C.A.M, FIPA, Cannes, France.

Deux Montréalaises en apparence très différentes l'une de l'autre, parlent de leurs vies, des cho1x qu'elles on faits. La plus jeune. Catherine, Québécoise de souche, rêve d'avoir des enfants sans négliger sa carrière de claveciniste. L'aînée. Céleste d'origine portugaise, a sacrifié l'amour de ses enfants pour faire fortune en Amérique; au fil des ans et des ménages, elle est devenue millionnaire. Chacune à sa manière recherche le bonheur. Mais à quel prix ?

CRITIQUES:

"Chère Amérique est un film sensible et discret où la véracité du propos passe par l’humour des portraits".
L’action culturelle.

"Marilù Mallet a savamment détourné le genre à son avantage, injectant de la fiction à une trame documentaire, comme ces tisserands qui glissent des fils dorés dans leur toiles, pour retenir le regard".

"Ses personnages nous séduisent parce qu’en filigrane de leurs conversations à bâtons rompus se profile une interrogation sur l’ambition, l’indépendance, l’évolution de la condition féminine, le prix à payer pour atteindre le bonheur".
Geneviève Picard, Voir, Montréal, 25 février 1991.

" …On sort de Chère Amérique charmé par le sourire lumineux, par la chaleur et la générosité de Céleste en même temps qu’amusé par le discours prolifique de Catherine, à la fois naïf et péremptoire, sérieux et cocasse".
Francine Laurence, Le Devoir.

Powered by Vimeo Pro