Les artistes de la saison

Joël Pommerat (artiste associé)
Fabrice murgia/cie artara (artiste associé)
Arno Antônio Araújo & Bernardo Carvalho
Françoise Bloch
Mathias Simons
Anne-Cécile Vandalem
Josse de Pauw & Kris deFoort
Vincent Hennebicq
Guy Cassiers & Dominique Pauwels
le raoul collectif (cie associée)
Lola Arias Rosas
Ascanio Celestini & David Murgia
Peeping Tom
Leela Samson night ShoP theatre
Mathurin Bolze, Ali & Hedi Thabet, Sofyann ben Youssef Sidi Larbi CherKaoui
Thomas Gunzig, Manu Riche & Josse de Pauw
Kapila Venu Mochélan
David Van Reybrouck, Raven Ruëll & Bruno Vanden Broecke Tom Lanoye & Christophe Sermet
Gisèle Vienne
cie art & tça
Isabelle Darras, Julie Tenret, Agnès Limbos
& la compagnie gare centrale.

No results.

Discours à la Nation / Extrait - 2

Avec sa langue inimitable, à la poésie sautillante, à l’humour ravageur, à la fois tendre et vipérine; avec sa conscience politique et un véritable amour des “petites gens”; avec son sens aigu de la musicalité des mots : avec tout ça, Ascanio Celestini a construit en quelques années une grande oeuvre de théâtre. Discours à la nation en marque un tournant important. Pour la première fois, Celestini n’a pas écrit pour lui mais pour un autre, en l’occurrence le comédien David Murgia. Et, s’il évoque une nouvelle fois la relation entre la classe dominante et la classe dominée, Celestini renverse ici son point de vue : cette fois, ce sont les puissants qui parlent.
Dans des harangues enflammées ou des discours d’un cynisme suffoquant, au milieu d’un tas de caissettes de bois, David Murgia donne vie avec férocité et un plaisir visible à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarrassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remords.
Entrecoupant ces discours de ces petites historiettes riches de sens dont il a le secret, Celestini produit un spectacle tout simplement magistral, où l’on rit aux éclats mais qui met aussi le doigt, là où ça fait mal, sur les aberrations de nos sociétés modernes. Et, simplement accompagné par la guitare de Carmelo Prestigiacomo, David Murgia livre au passage une prestation saisissante, confirmant son immense talent. Un régal.